Lorsque au petit matin parut l’aurore aux doigts de rose

Lorsque au petit matin parut l’aurore aux doigts de rose est né suite à une commande d’écriture du Théâtre du Pélican (Clermont-Ferrand), dans le cadre du projet «Nouvelles mythologies de la jeunesse ».

C’est un court texte d’une trentaine de minutes pour adolescents.

Une première création a eu lieu en mai 2016 lors du Festival La Cour aux Ados #1 du Théâtre du Pélican de Clermont-Ferrand.
Mise en scène de Jean-Claude Gal et Thierry Robert.
Avec : Lina Aliani, Zoé Coupat, Antoine Flores, Cécile Gaudard, Djamil Mohamed, Margot Nugues-Schonfeld, Salama Rakotoarimalala, Valentin Roddier, Julien Sonntag et Alice Thouilleux. Plus d’infos :
http://www.theatredupelican.fr/yoan-ulysse-dapres-sabine-tamisier-homere/

Une nouvelle création est prévue en avril 2017 pour La Cour aux Ados #2.
Plus d’infos : http://www.theatredupelican.fr/festival-cour-aux-ados/cour-aux-ados-2017/9-nouvelles-mythologies-de-jeunesse-3/

Le texte est à paraître aux Éditions Théâtrales Jeunesses en avril 2017, dans le recueil : Les Nouvelles Mythologies de la jeunesse.

Extrait :

YOAN. – Et si t’étais pas mort papa ?
Si t’étais là, quelque part, en Méditerranée ou sur une autre mer, sur une île ?
Sur AIAIÉ peut-être ! C’est vrai, personne ne sait après tout.
Vos corps, DISPARUS, elle a dit maman.
J’y crois pas à ta mort. Grand-père, peut-être, d’accord, il était vieux, il a pris froid dans l’eau glacée de ce jour là – c’était l’hiver, elle dit maman -, puis un requin ou une baleine ou un CYCLOPE ont dû passer et HOP, le corps de grand-père ! Et celui de grand-mère tout pareil.
Mais toi, NON.
Pas pour rien, le PIC TÉLÉMAQUE. Le hasard j’y crois pas.
T’as dû nager jusqu’à la plus proche terre, tes doigts serrés sur un gros bout d’épave, tes pieds devaient frapper l’eau et ça t’a donné chaud et tu n’as pas pris froid comme grand-père et grand-mère. Tes pieds ont fait HÉLICE et t’as rejoint la terre ferme mais VIDE. Vide d’humains. Seulement des nymphes et magiciennes. Peut-être qu’elles t’ont ensorcelé ? Peut-être Circé t’a t-elle changé en PORC, comme autrefois les hommes d’Ulysse ! Peut-être que tu vis là, victime d’un sortilège et qu’à chaque fois que tu veux prendre la mer pour venir nous rejoindre, POSÉÏDON soulève les flots et ZEUS lui-même déchaîne le ciel ?
Peut-être. Peut-être que chaque jour qui passe tu élabores des plans pour te sortir de là et retrouver ta douce Sybille. « Ma douce Sybille », elle dit maman.
« Ma douce Sybille ».Elle dit que tu l’appelais comme ça.
Elle dit aussi que tu ne savais pas encore, POUR MOI, dans son ventre.

 Silence.

C’est l’aube, le zéphir souffle.

Le soleil pointe à l’horizon. Il éclaire Notre-Dame, perchée sur sa colline, dans la ville, là-bas. J’ai rien mangé papa. Pas pu dormir non plus. Et moi, le fils que tu ne connais pas, « lorsqu’au petit matin paraît l’aurore aux doigts de rose », je dois prendre le chemin de l’école, un CHARYBDE dans mon ventre.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s