Dernière parution : Lorsque au petit matin parut l’Aurore aux doigts de rose

« Lorsque au petit matin parut l’aurore aux doigts de rose », est le titre d’une courte pièce de théâtre, que j’ai écrite suite à une commande du Théâtre du Pélican de Clermont-Ferrand à 9 auteurs, sur le thème des Nouvelles Mythologies de la Jeunesse.
Elle est destinée à des adolescents et adultes à partir de 11 ans, et vient d’être publiée chez Théâtrales Jeunesse, dans le recueil dont vous pouvez voir la photo ci-dessus, aux côtés des 8 autres textes de mes camarades auteurs : Marine Auriol, Henri Bornstein, Jean-Pierre Cannet, Claudine Galea, Ronan Mancec, Dominique Paquet, Sabryna Pierre, Claire Rengade. Les neufs pièces ont été créées ou mises en lecture lors du Festival « La cour aux ados #2 », à Clermont-Ferrand, organisé par le Théâtre du Pélican.
C’était formidable de voir nos textes interprétés si justement par des adolescents !
Plus d’infos : Théâtre du Pélican

Publicités

Rendez-vous novembre-décembre 2017

>> LECTURE de « Los Niños » de Sabine Tamisier.
Texte publié le 19 octobre 2017 par les Éditions Théâtrales.
VENDREDI 17 NOVEMBRE 2017 À 18H
MÉDIATHÈQUE ALBERT CAMUS DE CARNOUX-EN-PROVENCE (13)

Lecture par l’auteur de l’intégralité du texte.

Durée : environ 1h40. Tout public à partir de 12 ans.
Entrée libre.
Plus d’infos : Facebook Médiathèque de Carnoux
Et pour le livre, sur le site des Éditions Théâtrales
La pièce a été élue Coup de coeur du comité de lecture du Théâtre Massalia (Marseille) en 2017. Pour voir la fiche de lecture : Massalia. 
Après m’être consacrée à l’écriture de portraits, librement inspirés des photos de Sebastião Salgado dans Les Enfants de l’Exode (Éditions de La Martinière), j’ai construit une pièce de théâtre où se croisent ces vies imaginées d’enfants rescapés de génocides, en exil, réfugiés politiques… et celle d’une adolescente occidentale que les parents – médecins sans frontières – envoient le temps d’une mission à l’étranger, chez une grand-tante écrivaine et un grand-oncle DJ.
Texte écrit avec le soutien du Centre National du Livre (bourse de création) ; de celui de La Chartreuse de Villeneuve-Lez-Avignon-Centre National des Écritures du Spectacle, où le texte a été écrit lors d’une résidence d’écriture de six semaines en 2014 ; du Conseil Général des Bouches du Rhône et des Bancs Publics-Lieu d’expérimentations culturelles, au travers du dispositif Résidence d’auteur 2012 ; du Festival des Nuits de l’Enclave de Valréas qui m’a permis de travailler sur une nouvelle version du texte durant une résidence de 4 semaines en 2016.
 

SORTIE DE RÉSIDENCE
JEUDI 14 DÉCEMBRE 2017 À 19H À LA DISTILLERIE, AUBAGNE
et
>> ÉTAPE DE TRAVAIL
LUNDI 18 DÉCEMBRE À 19H, À AIX-EN-PROVENCE
THÉÂTRE ANTOINE VITEZ HORS LES MURS
Bâtiment Multimédia salle colloque 2 – Fac de Lettres
Autour de la création de mon texte « Lamento de Livia », écrit sur une commande de la Cie Les Passeurs (La Salle Les Alpes), pour le projet : HÉROÏNE(S) (TITRE PROVISOIRE PERMANENT), dont le « Lamento de Livia » est le premier volet.

Conception et jeu : Lucile Jourdan
Direction d’actrice : Stéphanie Rongeot
Création musicale : Gentiane Pierre
Conception visuelle et installations : Isabelle Fournier
Éclairage : Joëlle Dangeard
Production : Alain Fillit
Coproduction : Théâtre du Briançonnais. Soutiens du Théâtre Antoine Vitez, du Forum Jacques Prévert (Carros), de La Distillerie (Aubagne), de La Chartreuse de Villeneuve-Lez-Avignon et du Département des Hautes-Alpes.

C’est Livia, italienne, là-bas ou ici, elle se brûle les lèvres sur des verres, à force de se cogner contre sa vie, elle a soif. Soif de nouvelles promesses, se promettre, résister, ne pas être, jamais, ne plus.
Fracassée, perforée, éclatée. Il y a des frontières à ne pas franchir.
Ne pas craindre l’effondrement, encore moins de le provoquer, et sourire avec douceur.
Héroïne(s) est une expérimentation communautaire qui questionne nos dépendances ordinaires et nos magnifiques fragilités, nos combats épuisés et nos hontes rageuses. L’idée est d’affronter collectivement les questions politiques et philosophiques que posent l’usage des drogues et les comportements addictifs sur soi, sur l’existence, sur la construction individuelle. Le triptyque qui s’échafaude est un projet kaléidoscopique. Trois auteur(e)s, trois actrices, trois solos autonomes. Ce sont nos points de vue qui se déplacent à travers la commande d’écriture des auteur(e)s Sabine Tamisier, Dominique Richard et Sophie Lannefranque, qui se rencontreront en traçant chacun(e) le portrait de trois femmes sous emprise. Lucile Jourdan
Renseignements / Réservations :
La Distillerie : 04 42 70 48 38 / Théâtre Antoine Vitez : 04 13 55 35 76

>> ATELIERS D’ÉCRITURE à AUBAGNE (13)
LES MERCREDIS 8 ET 22 NOVEMBRE 2017

LES MERCREDIS 6 ET 13 DÉCEMBRE 2017
Animé par Sabine Tamisier. 12 participants maximum.
Renseignements / Réservations : tamisiersabine@gmail.com, ou par téléphone : 06 12 26 58 66.
>> ATELIER D’ÉCRITURE À ST MAXIMIN-LA SAINTE BAUME (83)
Le 5 NOVEMBRE 2017, de 10h à 17h . COMPLET
Ce sera un atelier d’écriture théâtrale comme je vous en ai déjà souvent proposé, avec l’objectif, le temps de quelques heures, de tenter de se coller à ça : qu’est-ce qu’écrire du théâtre ? Comment faire surgir la thématique d’une histoire ? Comment commencer, donner forme à une idée, choisir ses personnages, leur inventer une façon de parler qui leur sera propre, définir leurs problématiques, leurs objectifs ? À travers une série de propositions d’écriture ludiques et dans une atmosphère conviviale, chacun s’essaiera au dialogue, monologue, à l’écriture de didascalies, et écrira ainsi les prémices d’une pièce…
12 participants maximum.
Renseignements et inscriptions jusqu’au 30 octobre.
>> ATELIER D’ÉCRITURE À ST MAXIMIN-LA SAINTE BAUME (83)
Le SAMEDI 2 ET LE DIMANCHE 3 DÉCEMBRE 2017,
chaque jour de 10h à 17h. COMPLET.
Ce sera un atelier avec une forme que je n’ai encore jamais proposée, et qui m’a été suggéré par Michèle Sébastia, amie comédienne, ayant une pratique de l’écriture, plus particulièrement théâtrale, qu’elle aimerait développer. Cet atelier donc, sera ouvert à tous celles et ceux ayant un projet d’écriture théâtrale, en cours, inachevé, ou au tout début, quand trotte l’idée en tête… Et je serai là, pour vous accompagner sur le week-end, vous donner des pistes pour faire avancer votre projet, l’objectif étant aussi que chaque personne prenant part à l’atelier enrichisse de ses questionnements, de ses avancées, de ses retours après écoute des textes, le travail d’écriture de chaque participant.
8 participants maximum.
Renseignements et inscriptions jusqu’au 20 novembre.

Lire la suite

Vache sans herbe

Texte inédit.
Vache sans herbe est née d’une commande d’écriture de la Cie Senna’ga d’Aix-en-Provence, sur la thématique du deuil et de la maladie, mais sous une forme qui pourrait être accessible à des enfants à partir de 10 ans.
Pièce créée en novembre 2012 au Bois de L’Aune (Aix-en-Provence).

Direction artistique : Agnès Pétreau
Mise en scène et scénographie : Agnès Régolo
Avec : Julien Asselin, Agnès Pétreau, Sabine Tamisier.
Création lumières : Jocelyne Rodriguez.

Plus d’infos sur le spectacle : Cie Senna’ga 

Extrait :

JULIETTE. – Ce matin j’ai attrapé la mort. Si si. Il me l’a dit le docteur Marcel – Marcel Bouligon mon docteur il m’a dit

Juliette faut arrêter la BILE hein ?! Voilà, voilà qu’aujourd’hui Juliette à FORCE de – votre TÊTE – RU-MI-NER – VACHE SANS HERBE ! À FORCE de, votre tête, une BOULE ! Votre tête a mis une boule LÀ ! Regardez c’est énorme Juliette, DES NŒUDS ! Vous vous êtes fait des NŒUDS ! C’est pas bien. Juliette allons donc c’est pas bien ! Jusqu’à quand ? Jusqu’à quand spasmine antistress et lavande ? Il faudra. Faudra bien vous le dis mon amie, il faudra que ça CESSE. Votre TÊTE. Ce MANÈGE. Comment est-ce que MOI, MAINTENANT, comment est-ce que je vais faire pour ENLEVER cette CHOSE ? Juliette, m’entendez ? JULIETTE ?!

Mais moi je rêve.
JULIETTE !
Je rêve, je suis là, bien assise, allongée, le papier sous mes fesses.
JULIETTE CHENU ! Qu’est-ce que c’est que ce ? Qu’est-ce que c’est que cette CHOSE ? Vous avez une CHOSE, DES choses, une boule LÀ, CINÉMA ! Une boule à souvenirs ! Je veux dire, une boule vous savez qu’on ramène quand PARIS AMSTERDAM ou BÉTHUNE, en voyage. VOUS AVEZ UNE BOULE LÀ.
VOTRE VENTRE FABRIQUE
DES BOULES À SOUVENIRS ?!

Il neige ?
Je dis, il neige docteur ? Dans la boule est-ce qu’il neige ?
J’aime lorsqu’elles neigent.

Eh bien eh bien
ATTENDEZ ! VOIR Juliette !
il me dit ET il M’ATTRAPE PAR LES PIEDS
UN COCHON !
Il me retourne, la tête en bas et il dit
eh bien OUI Juliette OUI IL NEIGE ! IL NEIGE !
C’est encore PIRE que ce que je pensais. Bien plus triste !

Anatole et Alma

Anatole et Alma ou le Train des vacances finies. Éditions Théâtrales Jeunesse, 2015.
Ce texte est né d’une commande d’écriture de la Cie Bobine etc (Orléans) : une pièce pour deux acteurs (un homme / une femme) et pour tout public à partir de 6 ans.
Elle a été créée en janvier 2014 au Théâtre de La Tête Noire de Saran-Scène conventionnée pour les écritures théâtrales contemporaines.

Galino

31xe2krri6l

Éditions Théâtrales, 2013
Galino est né d’une commande d’écriture du Théâtre de La Tête Noire de Saran-Scène conventionnée pour les écritures théâtrales contemporaines, au sein de son dispositif « Partir en écriture ». La thématique était : le secret et l’intime. Est-ce que je parle du monde quand je parle de moi ?

J’ai choisi d’écrire ce texte, hommage à mon père, mais aussi à ma famille et aux amis.
Il raconte un pan de sa vie au Plateau d’Assy, et les trois derniers jours avant sa mort, à Villelaure…

La pièce a été créée en février 2016 par la Cie Moitié Raison-Moitié Folie à Chamonix.
Mise en scène et direction artistique : Nathalie Chemelny
Avec : Matthieu Montagnat et Francis Freyburger.
Création lumières : Emma Quéry.
Création musicale et technicienne son : Aurélie Granier.

Projections / Photos / Vidéos : Léa et Benjamin Grégoire.
Plus d’infos sur le spectacle : Moitié Raison-Moitié folie

Extrait du texte  :

Villelaure. Mercredi 19 août 2009.
La nuit avant le jour où.

Galino. – Petit Lo ? Tu es là ? C’est la nuit ? J’entends plus. Tes PAS. C’est la nuit, déjà ? Alors, alors ça veut dire, pour bientôt ? Demain ? Quel jour on est ? JE SAIS PLUS. Il fait chaud.
NINE !
MA NINE !
Rien qui sort. Je m’entends, seulement dedans.
Elle vient. Elle est LÀ.
Oui, oui, je me calme, ma Nine, je me calme.
Tes MAINS, ça me fait du bien.
Oui, oui. Je peux pas ouvrir, mes yeux, collés.
Tu m’entends ?
Tu m’entends ?
Oui, oui. J’arrête. J’arrête de les faire trembler, mes jambes, oui.
Tes mains sur mes genoux, tu dis
Là, là, calme-toi chéri, calme-toi. C’est la nuit, faut dormir.
C’est pour ça qu’il est plus là, mon petit, à côté.
Tu me dis – comme si tu m’entendais – tu dis
Il est là. Juste à côté, dans sa chambre. Il reste avec nous cette nuit, calme-toi.
Calme-toi mon amour.
Je me calme. Je me calme. C’est que. J’ai pas fini. J’ai pas fini de dire et je SAIS.
Quelques heures maintenant. Je le SAIS.
Il en manque deux. La petite et le grand.
Je peux pas PARTIR, COMME ÇA, sans EUX.
Ma petite et mon grand.
Je CONTINUE.
Je CONTINUE ma Nine, dans ma tête
TOUT. Ça me tient.
Tout ce que je ne vous ai pas dit
à toujours vouloir faire, le DUR.
Aujourd’hui, je raconte.
Dans ma tête, je RACONTE.

Plus d’infos : Éditions Théâtrales, 2013

Le(s) botanimenteur(s)

 

Commande d’écriture du Cirque végétal (Dijon).
Pièce créée par le Cirque végétal en 2015 au jardin botanique de Meise (Belgique).
Conception, mise en scène : Lucas David
Interprétation : Nathalie Rjewsky
Direction de clowns : Adèll Nodé-Langlois
Ecriture : Sabine Tamisier
Conseillers  botaniques : Francis Hallé, Koen Es, Valérie Charavel
Conseiller paysager : Yvan Misset
Impressions végétales : Sandrine De Borman
Suivi Communication : Franck Hidvegi
Traduction : Théo Hijzen.

les-botanimenteurs-conduisent-des-visites-de-jardin-decalees-photo-lucas-david-1466093303
A mi chemin entre le clown, le philosophe, le botaniste et le  montreur de foire, le(s) Botanimenteur(s) conduisent, sur un jardin existant, des visites détournées et dévoilent les prouesses du monde végétal aux imprudents visiteurs…

Plus d’infos sur le spectacle : Cirque végétal 

Extrait du texte :

LE BOTANIMENTEUR. –
Nous avons fait quelques pas, tout juste, mais quel bond temporel ! Nous voici au Carbonifère, il y a 355 millions d’années.
Ces plantes, dont je vous parlai à l’instant, ces toutes premières plantes terrestres qui étaient plutôt comme des herbes et non encore des arbres – ces plantes, tels les trapézistes s’élançant vers le ciel, ces PLANTES donc, entamèrent une course vers la lumière, une véritable compétition pour se gorger de soleil et effectuer la photosynthèse !
C’est ainsi que surgirent les premières forêts, oui… Et l’apparition de véritables phénomènes du monde végétal -là aussi, à jamais inconnus pour nous autres humains puisque nous n’existions pas encore ! Et nous avons cette chance, dans cette traversée du temps, de les avoir aujourd’hui sous nos yeux !
Voici donc, trois phénomènes majeurs du Carbonifère.
Tout d’abord, LES PRÊLES ! Leurs ancêtres sont les CALAMITES. La croissance de leur tige se fait par emboîtement. Elles pouvaient atteindre jusque 20 mètres de haut ! Elles ont développé une extraordinaire capacité à subsister sur des terrains difficiles, par tous les temps. Et c’est là leur prouesse ! Jamais leur corps sans fleur ni feuille ne plie, il reste droit, vertical, dressé vers le ciel ! Quelques variétés subsistent de nos jours mais ce sont des naines, comparées à celles de cette lointaine époque ! Nous avons la chance d’avoir devant nous la prêle géante du Mexique qui peut monter jusqu’à 7,2 m de haut…