Les Appalaches

Texte inédit.
Les Appalaches
est né d’une commande d’écriture de la Comédie de Valence, aux élèves du département Écrivains Dramaturges de l’ENSATT en 2005, sur le thème de la fugue.
Bien qu’il ait été écrit en premier, ce texte constitue le troisième volet d’une trilogie dont les deux premiers sont Casa nostra et Aimé sur le seuil dans lesquels on peut suivre trois étapes de la vie d’Héloïse.

Il a été créé en mai 2005 à la Comédie de Valence, dans une mise en scène de Michel Raskine, pour le Festival Temps de Parole.

Les Appalaches ont également été mis en scène par Philipe Labaune en juin 2009 au au Nouveau Théâtre du Huitième, avec des élèves de terminale du lycée Belmont, à Lyon. 

Extrait :

Un parc. Crépuscule. Cris d’enfants au loin. Il fait très froid. Banc. Pigeons. Le vent.
Au sol, face au banc, une grande plaque blanche avec des noms. Monument aux morts.
Héloïse est assise. Robe blanche, manches courtes, cheveux lâchés.
Coiffée et maquillée comme pour le bal. Un sac en plastique pend à son poignet gauche.
Ses pieds, nus, dans une bassine pleine d’eau. Elle attend.
Puis elle ouvre le sac plastique et jette du pain aux pigeons.
Louis est assis à ses côtés. Couvert, agité. Ils ne se regardent pas.

Silence

Louis. – Je tire un trait sur le passé j’ai dit. J’ai dit ça. Il rit. Je tire. Un trait. Sur le passé.
Et j’ai pleuré –Fsssiiiit- (geste de la main) Avec le trait. Sur le passé. Il rit.

Héloïse appelle les pigeons. Il la regarde.

Louis. – Les temps sont gris. J’ai tes mollets sur l’estomac.

Héloïse appelle les pigeons

Louis la regarde.

Louis. – Le Titanic, je lui ai dit. Il rit. Silence. Mes pieds, sur ton pallier. J’ai dit mes pieds –Fssiiit- (geste de la main). Une certitude. Elle n’a pas bronché. Ses yeux, comme deux lanternes. Je ne suis pas l’ombre d’une serpillière j’ai dit. Tout ton sommeil sur mon épaule. Les craques. Mon arbalète et mes fléchettes, oublie.

Héloïse appelle les pigeons

Louis. – Je prends la poudre. —– D’escampette. La poudre.
Et j’ai filé. Comme une grosse maille sur un collant ou pull jacquard. J’ai filé.
C’est fou hein ? Fou.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s