Anakpok Kunuk

Texte inédit.
Anakpok Kunuk ou L’incroyable traversée, texte court (20mn), est né d’une commande d’écriture de la Cie Trafics D’art II, (Aix-en-Provence), dans le cadre de son projet sur l’hospitalité et le demandeur d’asile, « Un ange à ma table ».
C’est un texte tout public à partir de 9-10 ans.
Un enfant inuit demande asile à Marseille…

Il a été mis en espace, dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine à La Fondation Vasarely d’Aix-en-Provence , en septembre 2012.
Mise en scène : Gilbert Landreau.
Avec : Atsama Lafosse.

Extrait :

Anakpok.- Vous, pas croire moi. Anakpok sait. Adultes jamais croire. Pas grave. Voyage, pas important. Pourquoi Anakpok venu, important ça. Mamie Yubriana, morte. Mercure, plomb, dans son sang. Trop mangé poissons, phoques, oiseaux, pas bons. Mercure, plomb dans eux. Qui pose mercure, plomb, dans leur sang ? Amarok, père Anakpok, mort, plus vu lui. Coule sous glace jamais fondre d’habitude.

Glace casse, ours marchent autour, chasser, plus. Faim ils, ont. Morts alors. Comme Nanuq. Vous, avez laissé tomber Nanuq, dans mer Méditerranée. Mon petit – Anakpok sait. Inuits peur. Maisons bougent dans villages. Banquise chauffe.

Qui met chauffage à Mittimatalik ? Tikaali, frère Anakpok, mort. Corde à cou lui, Mam’le trouve. Alcool trop. Essence quads, motoneiges, respire, pleure. Anglais, français, parle pas Tikaali, pas travail pour lui. Drogue, alcool, qui amène ça à Mittimatalik ? Grand-père Yakone, malade lui, fume. Trop. Tousse, crache, fume cigares, cigarettes. Qui amène ça à Mittimatalik ? Anakpok sucre, dans son sang. Mange toujours chips, poutines, mars, snickers, fingers. Qui amène ça à Mittimatalik ?

Grand-mère Yubriana, quand malade, dis à moi, Anakpok, vois : hommes blancs, Qallunaat, gros sourcils, Tukuma, trop à faire, trop pressés. Avant eux, jours froids, durs mais heureux. Belles vies. Chasse, jouer, couture, enfants, chiens, voyages. Tout, plus pareil, Anakpok, tout, elle dit.

Vous, tuez, terre, nous. Bateaux, avions, voitures, usines, plomb, mercure, fumées, gaz, même loin, tout, arrive, à Mittimatalik. Prof, histoire-géo, dit, dans vingt ans, nous, inuits, réfugiés pour santé, réfugiés climatiques, réfugiés pas travail. Elle dit, vous, enfants nous, demanderaient asile.

Bientôt Mittimatalik, longue nuit, trois mois. Dedans tête mère aussi. Anakpok plus attendre. Pas voir mourir inuits. Ici, chaud. Horizon, pas. Mais, Anakpok plus savoir, à Mittimatalik, comme aidé Mam’ et Yakone ? Trop petit.

Fatigué. Fatigué parler aussi. Assez. Anakpok demande asile. Anakpok dit, réfugié je.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s