Sad Lisa

31f9ldqa4vl

Image Amazon

Éditions théâtrales, 2009.
Pièce lauréate du Prix d’écriture Théâtrale de la Ville de Guérande et des Journées de Lyon des auteurs de Théâtre en 2009.

Mise en lecture pour la première fois au Festival Les Actuelles de Strasbourg, par Francis Freyburger, puis en 2009, dans le cadre des 20èmes journées de Lyon des Auteurs de Théâtre, par Philippe Labaune.

 

La pièce a été créée en novembre 2010 au TAPS Gare de Strasbourg,
par le Théâtre de La Cruelle.
Mise en scène : Francis Freyburger.
Avec : Jade Collinet, Jack Reinhardt, Pierre Henri, Pascale Lequesne, Jeremy Lirola (musicien).
Scénographie : Gérard Puel
Costumes : Mechtchild Freyburger
Création lumières : Sophie Baer
Création sonore : Olivier Meyer et Jérôme Rivelaygue

Plus d’infos sur le texte : Éditions théâtrales

Extrait :

HUITIÈME DÉBRIS
Les visites du dimanche

Matin. Cimetière.
Lisa et Franck devant la tombe d’un enfant.
Elle a un bouquet de fleurs roses et jaunes dans la main.

Franck.– Pas Byzance ici, hein ? Clope Lisa ? Non ? Bon. Moi non plus.
Silence. Il se penche sur la tombe, attrape un vase vide, regarde Lisa.
Vais chercher d’l’eau ?
Il y va. Revient.
G’lé. Rien qui coule. On s’les gèle ici, hein Lisa ? ’sa ? On va prendre un verre chez Gass ?

Elle lui prend le vase des mains, y dépose le bouquet de fleurs, le pose délicatement à côté d’une photo. Elle grimpe sur la tombe, nettoie.

Lucie.– (au loin) Pa’ ? ! Ça y est bientôt ? Y a ’tit frère qui pleure dans la bagnole. Me casse la tête !
Franck.– Ouais Lucie ! Attends. Rentre. Tu vas attraper la crève ! Geste des mains. Allez !
Lucie.– Chié. Ras la casquette des visites du dimanche ! Toujours pour ma pomme l’autre là.
Franck.– Lucie !

Lisa se relève. Essuie les mains sur son manteau. Puis elle sort. Franck reste planté. Il la regarde partir. Regarde la photo. Passe une main sur son visage.

Franck.– Peux plus. Peux plus. Vers Lisa. ’ttends. Attends-moi Lisa. Il sort.

Lucie entre en courant du côté opposé à Franck. Elle va devant la tombe, les poings serrés, regarde la photo.

Lucie.– Faut t’arrêter tu comprends ? Tu m’empêches tu comprends ? Tu m’empêches. Pars de têtes hein ? Pars de têtes ou j’vais lâcher les dogs tu m’entends ? Pars !
Franck.– (Au loin. Il crie.) Qu’est-ce tu fous Lucie ? T’as laissé ton frère tout seul bordel !
Lucie.– J’arrive !
Elle saute sur la tombe et renverse la photo visage contre terre. Elle sort.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s